Triana

mardi 18 décembre 2007

Après l’essai réussi de Évocacion, je m’attaquais à la transcription de Triana. Cette fois il s’agissait du morceau le plus brillant et virtuose du cycle, l’un des plus difficiles de tout le répertoire de piano. En effet la lecture de la partition est impressionnante : guirlandes de notes, fusées, arabesques ; un fouillis dans lequel un chat ne retrouverait pas ses petits, où l’on distingue avec peine une mélodie ou un motif d’accompagnement. Pourtant, à l’oreille, rien de plus charmant que cette musique qui n’est que pure élégance, bonheur et joie de vivre. Avec ces couleurs vives et franches des facades qui bordent le Guadalquivir le long de la calle Betis, et que l’on admire de l’autre côté du fleuve à proximité du pont de Triana.

callebetis.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :